Catastrophe environnementale au Brésil

Une catastrophe environnementale au Brésil

Par Fiona R. – Janvier 2016

Le Jeudi 5 Novembre 2015, le Rio Doce, cinquième fleuve le plus grand du Brésil, a subi une coulée de boue toxique (ou boue mortifère). Cette coulée a détruit des habitations, couté des vies et sonne la fin de certaines espèces animales.

Vue aérienne

Que s’est-il passé ?

Dans le sud-est du Brésil, à Mariana, une ville de l’État de Minas Gérais, le barrage minier de Fundao s’est rompu. Ce barrage, édifié par la compagnie minière Samarco, a déversé 62 millions de litres de boues toxiques qui se sont répandues dans la vallée après la rupture. La coulée de boue est partie du village Bento Rodrigues, a parcouru plus de 850 kilomètres pour se jeter dans la mer en détruisant villages, faune et flore sur son passage. Selon les analyses faites dans le Rio Doce par le service des eaux de Baixo Guandu, la présence de fer, de manganèse, mais aussi de métaux lourds comme le plomb, l’arsenic et le mercure ont été révélé.

Vue de la catastrophe

Quelles sont les répercussions ?

 Les substances présentes dans la boue sont hautement toxiques pour l’environnement et les hommes. Si elles sont absorbées par le corps, elles s’éliminent avec difficulté et s’accumulent dans les tissus des êtres vivants et, à longue échéance, dans la chaîne alimentaire. Dans le futur, il sera donc possible d’être intoxiqué en mangeant de la viande ou des légumes contaminés. Ces métaux lourds peuvent être à l’origine de problèmes de santé tels que les troubles neurologiques, le cancer et les ulcères.

Selon l’Institut de géosciences de l’Université de Minas Gerais, le fer et le manganèse présents dans la boue va former une croûte qui pourrait bloquer la pénétration de l’eau et recouvrir la végétation, engendrant un environnement stérile.

Les eaux du Rio Doce alimentaient de nombreuses communautés rurales pour leurs usages domestiques, l’abreuvage du bétail et l’irrigation des cultures. Aujourd’hui ces communautés ne peuvent plus utiliser l’eau du fleuve.
La coulée de boue a aussi traversé 23 villes, privant un demi-million de personnes d’eau courante. Les populations touchées doivent passer des heures à faire la queue aux points de distribution d’eau.

La station de biologie marine Augusto Ruschi souligne que Rio Doce est l’une des principales zones de reproduction de la faune maritime dans le monde. Les rejets de l’exploitation minière sont un risque pour l’écosystème océanique tout entier.

En somme, il existe encore des interrogations sur cette boue, son effet sur l’environnement et la façon d’y remédier. En revanche, ce qui est une certitude pour les scientifiques, c’est que l’effet de cette catastrophe devrait se faire sentir pendant plusieurs siècles.