Energy observer : le navire 100% autonome

Energy observer :  le navire 100% autonome 

par Olivier H | octobre 2016 

n02

Le premier bateau autonome et sans émission de gaz à effet de serre s’apprête à faire le tour du monde. En effet, le catamaran va partir au printemps prochain pour un tour du monde de près de 6 ans. Il a été sorti de son hangar à St Malo le 9 septembre afin de finaliser sa construction. Il réalisera plus de 100 escales dans 50 pays différents de manière à sensibiliser les populations aux énergies renouvelables.

Ce navire de plus 30 mètres de long sur 13 mètres de large et 25 tonnes fonctionnera grâce à une chaine de production hydrogène. Il pourra accueillir entre 4 et 10 personnes et devrait pouvoir atteindre 7 à 10 nœuds. Le navire sera alimenté par des batteries solaires et éoliennes qui permettront d’alimenter les moteurs électriques le jour. La nuit, ou durant les périodes d’absence de vent ou de soleil, c’est l’hydrogène fabriqué grâce à l’électrolyse de l’eau qui assurera le fonctionnement du navire. Par ailleurs, l’engin devrait aussi être doté d’un cerf-volant de traction.

 Ainsi, le bateau couplera des batteries fonctionnant à court et à long terme alimentées grâce à une prouesse technologique :  coupler énergie solaire, éolienne et hydraulique.

 

plan-no

Ce projet ambitieux qui a coûté près de 4,2 millions d’euros a été soutenu par les groupes Accorhotels et thélem Assurances. Un autre soutien de poids, celui de Nicolas Hulot qui est le parrain du projet. Enfin, les acteurs principaux de cette innovation restent l’équipe de 30 personnes composée d’architectes navals qui ont travaillé avec le CEA liten de Grenoble. Ces derniers ont donné une seconde vie au catamaran qui avait auparavant remporté le trophée Jules Vernes.

Un beau projet à vue le jour, il nous permet d’avoir des perspectives d’avenir tant sur le plan énergétique que sur le plan des transports puisqu’on pourrait imaginer dans les années à venir un navire qui fonctionnerait selon le même principe de mix des énergies mais à plus grande capacité d’embarquement.