L’autosuffisance alimentaire

L’autosuffisance alimentaire

Par Jonathan H | février 2017 

Après Albi, Rennes s’est aussi lancé dans le pari audacieux d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Concrètement, l’autosuffisance alimentaire s’appuie sur deux piliers ; d’une part, reconnecter les gens entre eux et les reconnecter à la terre nourricière (ohhh c’est beau), d’autre part, promouvoir l’agriculture urbaine participative en invitant les citoyens à planter partout là où c’est possible et à mettre les récoltes en partage.

Cet effort est insufflé en France notamment par les Incroyables Comestibles, mouvement d’origine anglaise. Cette initiative permet aux citoyens de se réapproprier leur territoire urbain en embellissant leur ville mais aussi et surtout de proposer à tous un accès à un potager. Contrairement aux jardins partagés, ici l’espace cultivable par tous et pour tous.

La démarche des potagers urbains est de sensibiliser les individus aux circuits courts (et bim l’impact carbone !), à une production respectueuse de l’environnement (des produits BIO). Il s’agit également de montrer que chacun peut avoir un impact sur son alimentation (devenez Consom’Acteurs).

L’accomplissement de cet exploit ne pourrait se faire sans une participation active de la population qui est mise à contribution pour l’entretien des différents potagers, mais aussi avec l’appui de la municipalité. En effet, dès lors qu’une parcelle de terrain est mise en vente, la commune la rachète et la revend à un prix raisonnable à des maraîchers pour intégrer directement l’agriculture au sein de la ville. Cela passe aussi par l’installation de Keyhole (jardin en trou de serrure) au pied des immeubles.

 

lol

 

En plus de proposer un espace de culture pour les habitants, la partie centrale du keyhole fait office de composteur pour les déchets organiques. Le compost permet ainsi d’alimenter en nutriments les plantes reparties tout autour.

Un bon moyen d’allier tri des déchets et culture potagère.

Sur son site internet, la ville d’Albi communique sur les règles de bonne conduite à adopter afin de réguler de manière bienveillante ce processus de transition. Par exemple la signalétique renseigne les habitants sur l’avancement de la pousse des fruits, légumes et herbes aromatiques. Ainsi une pastille rouge signifie « ne pas me cueillir », une orange « attendez un peu, la cueillette est bientôt possible », une verte « vous pouvez me cueillir ».

 

L’autosuffisance alimentaire, une bien belle initiative, prometteuse et qui contribue au bien commun.

 

Pour plus d’infos suivez le lien : https://www.youtube.com/watch?v=8pTz8P-dKo4