Si t’as la flemme de sauver la planète, sauve au moins ta peau

MONSANTO MONSANTO, ON T’ENC***

Une étude épidémiologique française publiée le 22 Octobre a mis en évidence une corrélation très plausible entre manger bio et cancer. En effet une alimentation issue de l’agriculture biologique réduirait de 25% le risque d’être atteint d’un cancer. Et attention, il n’est pas ici question d’une étude bancale comme celles que tu réalises pour tes dossiers de Marketing où tu quémandes des réponses à tes amis sur Facebook afin de conclure que « oui l’ubérisation bouleverse notre société ».

Les données d’environ 70000 personnes, segmentées en quatre groupes selon le niveau d’alimentation issue de l’agriculture biologique, ont été analysées de 2009 à 2016. Sur cette période, 1340 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués. En observant la répartition de ces cas dans les différents groupes, les scientifiques ont débouché sur ce pourcentage de 25% de risque en moins, avoisinant même les 34% pour les cancers du sein postménopause, pour le groupe ayant l’alimentation la plus vertueuse par rapport aux cancres de la nutrition.

Il va sans dire que ce type d’étude ne peut s’affranchir de certains biais compromettant les résultats, pratique du sport, hygiène de vie, catégorie socio-professionnelle sont autant de critères pouvant influencer la santé d’un consommateur. Cependant, tous ces critères ont bien été pris en compte par les docteurs, si bien que les résultats traduisent le plus fidèlement l’impact de l’alimentation bio.  Toutefois, il faut reconnaitre que les volontaires pour réaliser ce type d’étude ont un niveau d’éducation plus élevé et une alimentation plus saine que la moyenne. Pour le chef de projet, ce fait tend plus à sous-estimer les résultats que le contraire. Car même le groupe étant le moins sujet à une alimentation bio, de cette étude, est très probablement moins exposé au risque de cancer que la moyenne des français.

Il est encore trop tôt pour affirmer une causalité entre le bio et le risque de cancer, mais cette étude s’inscrit dans la continuité de la mise en lumière des méfaits causés par les pesticides présents dans la chaine alimentaire. Evidemment une bonne alimentation ne suffit pas pour esquiver le cancer. Si t’as le foie de Gérard Depardieu ou les poumons de Gainsbourg, nul doute que la faucheuse te marque à la culotte encore plus farouchement qu’Ngolo Kanté sur ses adversaires (Bae épouse moi).