Oublie le RSA, vive la RSE

« Je comprends pas, on paye 12 000 euros pour avoir 9H de cours par semaine, on apprend rien en école de commerce, je sais pas du tout vers quoi me diriger plus tard ». Détends-toi, tu ne vas pas vadrouiller à vélo avec ta tenue Uber eat toute ta vie, car un secteur est en pleine expansion et il va créer bon nombre d’emplois. D’après un rapport de l’Organisation Internationale du Travail paru en 2018, la lutte pour réduire les émissions de CO2 permettrait de créer 18 millions d’emplois d’ici 2030.

Cette évolution de l’économie est jugée inéluctable, tandis que la perte d’emploi se chiffrerait à 6 millions, la création d’emploi avoisinerait les 24 millions de nouveaux postes indispensables pour faire tourner cette économie verte. Les Amériques, l’Asie la zone pacifique et l’Europe seraient les plus gros bénéficiaires de cette transformation, cependant le Moyen-Orient et l’Afrique perdraient respectivement environ 300 000 et 350 000 emplois du fait de leur dépendance aux énergies fossiles et mines.

Seuls 14 secteurs économiques sur 163 subiraient des suppressions de poste supérieur à 10 000 postes. Ce nombre s’élève à plus d’un million pour le secteur pétrolier. Donc si tu t’es déjà ruiné en misant trop tard sur les Bit coins, ce n’est pas la peine de récidiver en mettant tapis sur « l’or noir ». Certes 400 000 emplois seraient supprimés dans la production d’électricité basée sur les combustibles fossiles, toutefois 2,5 millions d’emplois verraient le jour pour la production d’électricité provenant des énergies renouvelables. L’économie circulaire apparait très fertile avec la création de 6 millions d’emploi. En Europe, l’emploi agricole a connu une hausse d’1,1% grâce à la conversion au bio.

Cette mutation ne peut s’opérer sans effets indésirables comme des réductions de personnels à courts terme, c’est pourquoi il est indispensable que des politiques appropriées soient mises en place afin de protéger les travailleurs subissant les dommages de cette évolution. Des exemples parsèment la planète, au Brésil notamment le programme Bolsa verde créé en 2011 valorise financièrement des familles en situation d’extrêmes pauvreté qui réalisent des actions pour l’entretien de l’expansion forestière en Amazonie.

Non seulement cette évolution de l’économie serait bénéfique sur le plan de l’emploi, mais elle permettrait également de réduire les risques sanitaires liés au réchauffement climatique. En effet, un rapport des Nations unies a conclu que le stress thermique (incapacité du corps à maintenir une température normale en raison des conditions climatiques) va provoquer une perte mondiale de 2% des heures travaillées d’ici à 2030 pour cause de maladies. Donc si tu veux être aussi performant pour esquiver le chômage que tu ne l’es pour esquiver tes responsabilités dans les travaux de groupe, tu sais vers quoi te diriger.