Entreprendre au féminin

« Quand on veut, on peut ». Voici une phrase que l‘on entend souvent de nos jours. La volonté suffit, « tout ça c’est des excuses », « lance toi ». Réellement ? Affirmer cela n’est-il pas pousser à son paroxysme la doctrine sartrienne de L’existentialisme est un humanisme ou tout est une question de choix ? Ou bien est-il légitime de croire que certaines contraintes systémiques entrent parfois en ligne de compte dans la construction d’un projet ? Avant toute chose, quelques chiffres clés qui interpellent.

En France, en 2015, la levée de fonds moyenne pour une startup dirigée par une femme était de 1,8 million d’euros, contre le double (3,5 millions d’euros) pour les startups créées par des hommes. Nous pouvons alors légitimement nous demander quelle est la raison de cette différence flagrante : les femmes sont-elle moins convaincantes dans la présentation de leur business plans ou a contrario les investisseurs sont-ils moins enclins à soutenir une cheffe d’entreprise ? Sans tomber dans une analyse sociologique poussée, la réponse se trouve sans doute dans l’entre-deux.

D’un côté, dans une société qui est (de fait) patriarcale, une femme peut rapidement et inconsciemment s’autocensurer dans l’élaboration de son projet, en se laissant emporter dans un brouhaha mental souvent chronophage (même si cela n’est pas la généralité des cas). De l’autre côté, à l’échelle humaine, l’émancipation des femmes dans le monde du travail est toute récente et certain(e)s ont encore des difficultés à changer de paradigme et croire en une femme capitaine de bateau, pour de multiples raisons (entre aliénation sociétale et croyances personnelles).

Ceci étant dit, nous percevons la complexité du sujet, et surtout la spécificité du parcours de tout un chacun. C’est pour cette raison qu’Univers’elles et Accede ont décider de réunir et d’écouter attentivement des femmes entrepreneures issues de différents domaines d’activité. Une belle occasion d’échanger sur le choix de vie de ces femmes et leur parcours, entre contrainte, réalité, liberté et épanouissement.

Ainsi, nous avons attendons nombreux pour la table ronde qui aura lieux à l’ISG de Bordeaux mardi 19 février à 19h00.

Et au fait, terminons sur  une note optimiste. Ces trois dernières années,  le financement des entreprises crées par des femmes connaît une hausse inédite en France. C’est peut être ton moment ?