Garde les pieds sur terre pour éviter de monter au ciel

A toi jeune cadre dynamique en devenir qui sera amené à voyager par delà les contrées, nul doute que prendre l’avion fera partie de ton quotidien étant donné que tout le monde n’a pas la bravoure des deux compères du pro-act « en roue libre », qui se sont lancés dans une traversée de l’Eurasie à vélo, chapeau bas messieurs. Un récent article du monde propose un guide de sensibilisation sur un usage responsable des voyages en avions :

  • Niveau débutant

Réaliser : Avec 4,3 milliards de passagers annuels, le transport aérien génère 2% des émissions de CO2 mondial, et même 5% du réchauffement climatique total en comptant tous ses effets. Or le trafic aérien est tout sauf à la baisse, puisqu’il tend à doubler d’ici 20 ans

Calculer : Pour atteindre un niveau durable d’émission de gaz à effet de serre, chaque français est censé tendre vers un budget carbone n’excédant pas les 1,5 tonnes par an, or un simple aller-retour Paris – Rio dépa sse ce seuil.

Compenser : Après avoir calculé le bilan carbone du voyage, Il est possible de verser à des organismes des « compensations carbones », il s’agit de sommes allouées à des projets permettant de compenser l’émission émise, comme la construction de panneaux solaires.

  • Niveau intermédiaire

S’informer sur le vol : Certaines précautions peuvent permettre de limiter son impact carbone, favoriser les vols sans escales, limiter son nombre de bagages, privilégier les classes économiques car la première classe engendre jusqu’à 9 fois plus de CO2 puisque le confort se fait au détriment du nombre de place possible.

Au travail, limiter : 45% des vols intérieurs s’effectuent pour une durée très limitée, optez dans la mesure du possible pour des alternatives comme les visio-conférences.

  • Niveau confirmé

Supprimer : Oublie les petites escapades Paris-Marseille à l’apparition des premiers beaux jours, l’urgence écologique appelle à un renoncement des trajets de moins de 1000 kilomètres disposant d’alternative terrestre. Il est important de souligner que l’avion émet 40 fois plus de CO2 que le TGV, même la voiture diesel est moins létale pour l’environnement.

 

Pour conclure, il ne s’agit pas ici d’éradiquer le marché aéronautique, évidemment que tu ne vas pas te contraindre aux règles du KET pour tes déplacements quotidiens, mais commencer par le niveau débutant est déjà un grand pas vers une consommation éco-responsable.