La fonte des glaces : un sujet qui fait froid dans le dos !

L’activité humaine, en rejetant des gaz à effet de serre (GES), provoque un réchauffement global de la planète. Aujourd’hui ce phénomène est à l’origine de la fonte des glaces. Pour la plupart d’entre nous, cela se limite à la disparition de la banquise. Cependant, d’autres conséquences existent bel et bien. Voyons lesquelles.

Article Fonte des Glaciers

La fonte des glaces océaniques

La fonte des glaces correspond effectivement à la fonte de la banquise. Néanmoins, ce n’est qu’une partie du problème.

En fait, la banquise est simplement de l’eau de mer gelée. Quand celle-ci fond, le niveau des océans n’augmente pas. C’est le même phénomène que lorsqu’un glaçon fond dans votre verre d’eau et que le niveau total de liquide reste le même.

En revanche, lorsque la calotte polaire et les icebergs qui s’en détachent fondent, c’est de l’eau douce qui vient alimenter les mers. C’est là tout le cœur du problème.

Dans un premier temps le niveau des océans augmente. Cela menacera tôt ou tard les populations côtières du globe et à terme plusieurs milliards de personnes devront migrer pour survivre, notamment de l’Asie vers l’Europe, avec tous les drames que cela comporte (famine, violence, pauvreté,…).

Ensuite, ce n’est pas par hasard que j’évoquais le déversement d’eau douce dans les océans. En effet, la salinité des mers influe sur la circulation des courants marins. Ce sont ces derniers qui déterminent les phénomènes climatiques. Or, lorsque l’eau douce des icebergs se mélange à l’eau salée des océans les courants ralentissent et pourraient même un jour s’immobiliser totalement. D’après les scientifiques, une telle situation amorcerait une nouvelle ère glacière dans les zones du globe de même latitude que l’Europe. Ils appellent cela « Le paradoxe du Gulf Stream ».

Le saviez-vous ?

Moins il y a de glace sur la planète, moins les rayons du Soleil peuvent être renvoyés vers l’espace, plus la température de la Terre augmente, moins il y a de glace sur la planète,… : une réaction en chaîne que l’on nomme boucle de rétroaction négative.

Article fonte des neiges

La fonte des glaces terrestres

Certainement la partie dont on entend le moins parler. Pourtant, elle est tout aussi importante.  La glace terrestre correspond en premier lieu aux sommets des montagnes. S’ils se retrouvaient un jour sans aucune neige, cela poserait un certain nombre de problèmes. Economiques tout d’abord. La disparition totale ou partielle de la neige anéantirait le tourisme de montagne et les domaines skiables, détruirait des emplois, et j’en passe.

Aussi, les sommets de montagnes représentent une source d’approvisionnement en eau. Lorsque la neige qui y est présente fond, l’eau qui en découle ruisselle jusque sur les terres en aval. Mais si le réchauffement climatique est tel que la neige ne peut plus se former, l’approvisionnement en eau disparaît. La conclusion est simple : pas d’eau pour les activités agricoles, pas d’eau pour les activités ménagères,…

Le cas des Andes est un exemple très représentatif de ce phénomène. Là-bas, de petits villageois boliviens souffrent déjà de la pénurie d’eau et sont obligés de se réfugier dans les grandes agglomérations comme La Paz (Bolivie) pour tenter de survivre. Ils doivent alors être pris en charge et représentent un coût pour l’Etat. De même, l’Himalaya est affecté par ce phénomène. Pourtant il représente la source d’approvisionnement majeure de fleuves comme le Gange ou l’Indus dont dépendent des milliards de personnes.

Le saviez-vous ?

En Sibérie comme dans les chaînes de l’Himalaya l’épaisse couche de glace qui recouvre le sol s’appelle le permafrost. Sous celui-ci, des végétaux ont traversé les siècles, se décomposent et libèrent du méthane, un gaz à effet de serre 20 à 25 fois plus puissant que le CO2. La fonte de cette glace libère actuellement des quantités faramineuses de méthane dans l’atmosphère et accélère le réchauffement climatique. Les scientifiques utilisent le terme « Bombe à retardement » pour décrire ce phénomène.

kilimandjaro

Quelques mots de conclusion

Vous le voyez, les risques liés à la fonte des glaces sont variés. Pour faire avancer les choses, chacun d’entre nous doit assumer sa part de responsabilités.

Quelques solutions simples permettent de réduire le taux de GES dans l’atmosphère. La première, accroître les puits de carbone comme les forêts. D’où la nécessité de mettre un terme à la déforestation et de reboiser. La seconde, adopter des comportements plus responsables chez soi, au travail ou en déplacement afin de réduire notre empreinte environnementale : essayer d’utiliser les transports en commun ou le vélo plutôt que la voiture, quand celle-ci est indispensable privilégier le covoiturage, privilégier les produits locaux, recycler et trier ses déchets, ne pas abuser de la climatisation, baisser la température du chauffage et enfiler un gros pull, … De petits gestes simples peuvent accomplir de grandes choses.

N’oubliez pas : vous êtes concernés !

Lucas Pouzin – mars 2015