Non classé|

Comme chaque année, Révolution’Air est revenu avec sa semaine du Développement Durable qui a eu lieu du lundi 8 avril au jeudi 11 avril 2019. En tant que braves kedgeurs, certains d’entre vous ont probablement dû se demander pourquoi ces cagettes en bois ont-elles été placées dans le patio de l’école ? Solid’Earth vous propose aujourd’hui de faire le point sur l’un de ses événements phares.

Durant plus d’une semaine, le projet Révolution’Air du pôle de solidarité locale de l’association a organisé plusieurs conférences, tenu différents ateliers et stands au sein de l’école, et ce, en partenariat avec des associations de KEDGE, des entreprises, ou encore des intervenants venus d’ailleurs.

L’objectif ? Sensibiliser les étudiants de KEDGE et plus largement la population bordelaise au développement durable, à la diversité et aux comportements et habitudes de consommation responsable. Pour ce faire, la semaine de Développement Durable a traité des trois piliers du développement durable et a fait intervenir les étudiants volontaires, ceux qui veulent en savoir plus sur le réchauffement climatique, sur leur rôle dans les nouveaux enjeux environnementaux, ou encore sur les organisations comme Greenpeace, Surfrider, etc.

Lundi 8 avril dernier, c’était le jour d’un « monde sans RSE », autrement dit, celui d’un monde apocalyptique, qui ouvrait la semaine DD. Le but de cette journée : présenter les problèmes du réchauffement climatique et sensibiliser les kedgeurs grâce à différentes activités : stand Révolution’Air pour prouver qu’il ne pourrait pas s’organiser de semaine de Développement Durable sans le projet au sein de KEDGE Business School, stand Simonu pour expliquer les liens qui existent entre le réchauffement climatique et les conflits géopolitiques actuels, et on n’oublie pas non plus de rappeler la conférence de Mathieu Duméry sur le business plan et l’exposition d’affiches sur « le meilleur des pires excuses quand on a la flemme d’être écolo ».

Mardi 9 avril, les kedgeurs ont pu découvrir les gestes éco-citoyens qui montrent, que même à sa propre échelle, en tant qu’étudiant, nous pouvons agir, en apprenant à manger mieux pour soi et pour la nature avec Solid’Actions par exemple, en fabriquant ses propres produits de beauté avec le projet Care Wear Fair, en faisant du covoiturage avec KedgeShare ou encore en recyclant son pot de fleur.

Mercredi 10 avril, place aux associations à but non lucratif et aux ONG désirant se faire connaître, qui ont présenté leurs actions collectives et leurs projets de développement durable : Kedge’Bees, récemment inaugurée par l’école, Elephant Care, qui protège les éléphants d’Asie grâce à un tourisme écoresponsable, Mission Burkina, un des projets de solidarité internationale de Solid’Earth, Greenpeace France ou encore WWF France, bien d’autres stands ont été tenus ce mercredi dernier, en plus des conférences sur la pollution des océans et la préservation des coraux.

Enfin, jeudi 11 avril, les membres du projet Révolution’Air ont envisagé l’idée que nous, étudiants de KEDGE Business School, futurs diplômés et embauchés, puissions comprendre les enjeux RSE qui existent de nos jours dans les entreprises et rencontrions donc des start-ups en espace coworking, qui nous permettraient d’obtenir de précieux conseils quant à nos futures carrières professionnelles. La banque éthique et transparente qui investit dans des projets durables, la Nef, et un des projets de solidarité locale, Resource, étaient présents. Accede Aquitaine Entrepreneurs et cinq intervenants ont débattu sur l’entrepreneuriat dans la RSE, et la semaine du Développement Durable s’est terminée par une conférence présentée par Accenture France sur les engagements RSE des grandes entreprises telles que Carrefour, Engie, Suez, Veolia, et bien d’autres encore.

Finalement, nous pouvons dire que cette semaine du Développement Durable édition 2019 aura tenu toutes ses promesses. Elle a vraiment permis à de nombreux Kedgeurs et aux autres membres de l’administration de voir que la mobilisation pour agir en faveur de la planète est bel et bien réelle. Par des petits gestes quotidiens réalisés par chacun d’entre nous, nous pouvons apporter de vrais changements. Alors, comme les membres de Révolution’Air peuvent le dire « Think global, Act local ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close Search Window