Health|

Si vous voyez une personne se garer sur une place handicapée et sortir de sa voiture en marchant tranquillement, ne la jugez pas. En effet, 80% des handicaps/maladies en France sont invisibles.

C’est le cas pour les fatigues chroniques, troubles de la vision, la dyslexie et bien d’autres. Nous allons évoquer ici la spondylarthrite, une maladie peu connue qui concerne quasiment 200 000 personnes en France.

Qu’est-ce que la spondylarthrite ?

C’est une maladie inflammatoire articulaire chronique qui se manifeste par poussées. Cela veut simplement dire qu’une personne subit des crises douloureuses de différentes intensités sur une période T. Il y a donc des périodes d’accalmie qu’on appelle aussi période de « rémission ».

A long terme, elle provoque des ankyloses (diminution de la mobilité). Ces ankyloses peuvent souvent être évitées grâce a une prise en charge rapide.

En bref, une personne atteinte de spondy voit régulièrement des inflammations à ses articulations, des douleurs ainsi que des rigidités lors des moindres faits et gestes. Ainsi, mises à part quelques inflammations, la maladie en elle-même ne provoque aucun signe physique; cependant la personne subit des douleurs réduisant sa mobilité au quotidien.

Qui est concerné par cette maladie ?

A la différence de la polyarthrite, la « spondy » concerne aussi bien des adolescents que des adultes femme ou homme. En effet, cette maladie se déclare en général vers l’adolescence et se poursuit sur le reste de la vie de la personne concernée.

Plus surprenant, actuellement on ne sait toujours pas ce que provoque cette maladie. Si certains facteurs comme le psoriasis ou des antécédents familiaux en rhumatologie nous mènent sur quelques pistes, aucun spécialiste ne s’accorde sur les facteurs de la maladie.

Comment est la vie avec une spondy ?

Vivre avec une spondy c’est vivre comme les autres mais vivre autrement. En effet, beaucoup de médicaments sur le marché aident les patients à ne plus souffrir de leur maladie. Les anti-inflammatoires, l’enbrel et les antidouleurs sont les plus connus. Ceux-ci aident les personnes à vivre « normalement ». Cependant, les médicaments sont souvent connus pour les effets secondaires ainsi que quelques contraintes qu’ils apportent.

En effet, premièrement le patient doit régulièrement prendre des médicaments. Un mode de vie sain est préconisé pour favoriser l’espacement des crises. Enfin, la spondy oblige des consultations mensuelles chez un rhumatologue pour le suivi de la maladie ainsi qu’une bonne organisation pour toujours avoir ses médicaments.

A savoir :

  • On appelle cette maladie « la maladie des vieux ».
  • Beaucoup de personnes refusent la prise de médicaments dû à tous les effets secondaires. Généralement, elles préconisent un régime sans gluten ainsi qu’un mode de vie sain qui aide à réduire des crises et douleurs.
  • Généralement, les personnes qui ont la spondy sont prises en charge à 100% par l’Etat. Il s’avère que les coûts des médicaments/suivis sont très élevés (ex :800 euros pour l’enbrel/mois).

Lia

5 Replies to “La spondylarthrite : une maladie invisible”

  1. ratier dit :

    bjr ,sur l’affiche il parle de stationnement ,j’ai une spondy ça veut dire que j’ai droit au stationnemet pour handicapé merci pour votre reponse

  2. Christian GUEIRARD dit :

    Bonjour. Vous dites : « La spondy oblige des consultations mensuelles chez un rhumatologue. » C’est un peu excessif…

  3. Bizet dit :

    Bonjour j ai cette pathologie depuis 94 j en souffre encore et en pousse cela est de plus en plus difficile d accepter cette souffrance sur laquelle je ne peux que la subir et effectivement personne ne comprends car de visuel elle n a pas de signe distinct je suis suivie toute les semaines et voyais moi on ne s habitue pas cela est pluto le contraire vivre est de plus en plus compliquer

  4. Combe dit :

    Le seul « vrai » régime est celui sans tabac ..à cause des risques cardio vasculaires induits qui sont déjà un 1er risque pour un spondylo ; bravo pour cet article et ainsi parler de notre pathologie

  5. Sam dit :

    Bonjour,
    Il serait plus judicieux à mon sens de ne pas forcément préciser le nom d’un traitement mais plutôt sa catégorie. Quand vous parlez d’embrel tout en haut, c’est juste le nom du médicament comme doliprane par exemple, mais c’est en fait un anti TNF et du coup vous pourriez expliquer en quelques mots ce que c’est. Ça parlera plus aux personnes. Car au final Embrel n’est pas le traitement qu’on a tous, il y a plusieurs anti tnf.
    En tout cas bon article.
    Bonne journée
    Sam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close Search Window